pexels-anna-shvets-5325943

Laissons-nous le droit de nous réunir en non-mixité.

Lors du dernier dîner des Simones, soirée réservée aux femmes, je me suis posée la question de la mixité des événements ; Selon les retours des invitées et intervenantes, cela permet de laisser le costume professionnel de côté et de se désarmer pour passer un moment simple et sincère. Cela permet aussi de s’ouvrir et de partager ses expériences sans jugement ou opinions de personnes n’ayant pas le même vécu.

Cependant, cela n’est pas toujours compris de la part d’hommes et de femmes, qui considèrent ces moments comme inutiles et fermés. De l’entre soi en somme.

Soyons clairs, il est essentiel d’inclure les hommes à la démarche de parité et d’égalité professionnelle.

Cependant, lorsqu’on échange sur des pratiques ou des situations vécues entre femmes, la parole masculine n’est pas toujours souhaitée ; 

Bien sûr, dans la plupart des événements il est préférable d’être en mixité et de partager et confronter ses idées afin d’arriver à faire avancer la situation.

Bien sûr, le féminisme doit être soutenu par les hommes qui doivent s’approprier le sujet et avoir des espaces de réflexions et d’échanges.

Cela n’enlève rien au droit des femmes à échanger entre elles sur ce qu’elles vivent au quotidien auprès de leurs paires, et de se passer de l’opinion d’hommes qui de fait n’ont pas le même vécu.

De la même façon, les réunions entre hommes existent depuis toujours et il reste important de parler par exemple de masculinité dans des espaces non mixtes leur permettant de parler librement de leur vécu. 

A mon sens, gardons ce droit à se réunir, ce droit de se livrer dans un environnement compris de tous ses pairs sur un vécu commun.