simone_veil_joel_saget_afp

[SEMAINE DES SIMONES - Simone Veil]

HYMS profite de la journée internationale des droits des femmes le mardi 8 mars 2022 pour vous proposer un portrait de Simone chaque jour de la semaine. Et le mardi, c’est Simone Veil (1927-2017).

Simone est la personnalité qui a inspiré notre nom et notre engagement. Elle représente le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes à une époque où c’est loin d’être un sujet de société. Il est très difficile de la décrire en quelques mots quand on connaît son histoire, ses combats et ses victoires.

Nous nous arrêterons donc sur quatre moments de sa vie, moins connus de tous et pourtant tout aussi inspirants.

Arrêtée et déportée à Auschwitz à l’âge de 16 ans, elle y voit sa famille décimée. 

En 1949, soit 4 ans après sa libération, Simone s’installe en Allemagne avec son mari Antoine. Elle fait la distinction entre les nazis responsables de la Shoah, qui aurait pu arriver «n’importe où» selon elle, et les Allemands dans leur ensemble. Antoine et elle se positionnent ainsi en promoteurs de l’amitié franco-allemande.

Après sa grande victoire pour les femmes en 1975 avec l’adoption de la loi Veil, Simone mène un nouveau combat. Elle conduit la liste UDF aux élections européennes de 1979 et devient alors la première femme Présidente du  Parlement Européen. Elle est portée par ses convictions et sa détermination pour réconcilier la France et l’Allemagne et construire une Europe forte. Un engagement qui résonne fortement en cette période trouble.

«Dès mon retour des camps, j’étais convaincue que si nous ne faisions pas la paix cette fois avec les Allemands, nous étions bons pour une troisième guerre mondiale et des horreurs encore pires – si cela était possible – que celles qu’on avait vécues. Pour les générations futures, il fallait construire cette Entente».

Déjà engagée sur la condition des prisonnières lors de la guerre d’Algérie, pendant laquelle Simone fait notamment transférer en France des prisonnières algériennes exposées localement aux mauvais traitements et aux viols, elle mène un nouveau combat en 2007 et milite pour l’amélioration des conditions de détention en France. « On n’a pas le droit d’humilier les gens. Même en prison. Or les conditions dans lesquelles les gens sont détenus aujourd’hui sont inacceptables ».

Elle crée des centres médico-psychologiques dans les maisons d’arrêt et impose le passage d’un camion radiologique dans les prisons. Elle s’attache également à améliorer le quotidien des femmes. Elle fait enfin ouvrir des bibliothèques et des structures scolaires pour les mineurs.

Simone n’a pas toujours gagné mais elle n’a pas cessé de se battre.

Merci Simone.